2

0 ans, après le fabuleux 300, Frank Miller revient avec une œuvre dans la même lignée : Xerxès. 120 planches d’héroïsme, de batailles et de sang. Pour quel résultat ?

 

Une fresque épique quasi cinématographique

Les plus jeunes d’entre nous ont tendance à l’ignorer, mais Polar n’est pas la première grande œuvre à utiliser le format paysage. La première qui a atteint une renommée internationale avec ce format, c’est 300 de Frank Miller, adapté au cinéma par Zack Snyder.

En reprenant le même format et en se plaçant dans la même époque antique de 300, Xerxès se place dans la ligne directe de son illustre prédécesseur.

En réalité, il encadre 300 : l’action de Xerxès se déroulant avant et après cet album. On n’y parle du père de Xerxès et de son ascension au pouvoir et du dernier grand empereur perse, Darius III, et de sa défaite face à Alexandre le Grand, qui signa la chute de l'empire Perse.

Au-delà donc du format, qui rappelle celui du cinéma, l’ensemble forme une œuvre épique digne des plus ambitieuses productions cinématographiques.

 

Des raccourcis historiques

Fidèle à sa réputation, Miller démontre encore une fois ici qu’il est l’un des maîtres de la narration. Dès les premières planches, Xerxès vous prend aux tripes et vous emmène dans un tourbillon d’émotions ponctué de « Ooooh ! » et de « waouh ».

Bien entendu, sur 120 planches, retranscrire 150 ans d’Histoire est une gageure impossible à tenir. Miller n’hésite donc pas à prendre des raccourcis, sautant en quelques planches 129 ans d’Histoire, pour arriver directement au règne de Darius III et à ses affrontements contre Alexandre le grand.

Dans la même idée, Miller avance l’idée d’un lien entre les 2 ennemis, sans toutefois aller plus loin dans son propos.

Mais, quelque part, on s’en moque : Xerxès ne prétend nullement être un livre d’Histoire ou un manuel scolaire ! C’est une œuvre forte qui nous fait voyager et découvrir une période mouvementée de l’Antiquité, tout en nous faisant ressentir des émotions intenses. Que demander de plus ?

 

En conclusion

Xerxès marche dignement dans les pas de 300 : sa puissance graphique, son découpage, associée à la prose et la maîtrise de l’art de la narration de Frank Miller en font un incontournable, l’une des rares BD à m’avoir donné des frissons à sa lecture depuis... 20 ans.

 

 


Xerxès - 120 pages - édité par Futuropolis - Scénario & dessins : Frank Miller - 20 € environ

Commentaires   

0 #2 Thomas 09-05-2019 14:57
Merci Fred ! :-)
Étourderie corrigée ! :P
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #1 Fred 09-05-2019 12:37
Salut, ce n'est pas Miller et Rodriguez qui ont adaptés 300 (et c'est bien dommage), ils ont fait l’excellent Sin City.
C'est Zack Snyder qui a pondu l'adaptation bodybuildé de 300.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir