L

’idée ne date pas d’hier : écrire une fiction sur un auteur connu en l’intégrant dans l’univers qu’il a développé.

On a souvent fait cela avec Howard Philip Lovecraft (d’ailleurs je ferai prochainement une chronique sur un ouvrage qui prend ce postulat de départ — en attendant, je vous invite aussi à voir ma chronique sur Néonomicon et Providence d’Allan Moore).

Ici, c’est au tour d’Edgar Allan Poe de se voir consacrer une telle BD.

Souvent décrié lors de sa sortie, ce titre est pourtant une bonne surprise, qui mérite amplement d’être réhabilité.

 

1800 soleils...

La collection 1800, chez les Editions Soleil, est une collection intéressante.

Elle reprend tous les grands mythes de la fin du XIXe siècle et les traite avec des accents de #fantastique. Évidemment, tous les titres ne sont pas égaux. Mais dans l’ensemble, c’est une collection qui tient amplement la route.

Edgar Allan Poe – Hantise fait partie de cette collection. C’est un One Shot (l’histoire est donc complète en un seul tome).

L’album met en scène Edgar Allan Poe à l’époque où il est critique littéraire et travaille, en parallèle, sur les romans qui le feront connaître.

Les éléments réels de la vie d’Edgar Allan Poe sont bien documentés et s’intègrent intelligemment au récit, permettant ainsi au fantastique de s’y immiscer avec subtilité et efficacité.

Les dessins, quant à eux, sont d’excellente facture, tout comme le découpage des planches.

Alors qu’est-ce qui a valu à cet album, lors de sa sortie, autant de reproches ?

 

Une fin trop intelligente ?

Effectivement, la fin de l’album peut paraître un peu déconcertante. Et là deux attitudes sont possibles : soit on hurle avec les loups, soit on cherche à comprendre.

Et en l’espèce, il suffit d’une petite recherche de deux minutes sur Wikipédia pour se rendre compte que la fin de l’album est en lien direct avec les étranges circonstances de la mort d’Edgar Allan Poe !

Et oui, ce titre fait partie des rares œuvres distrayantes qui nous permettent de se coucher moins bête que l’on ne l’était en se levant, à condition de le vouloir et de faire l’effort minime d’une rapide recherche sur Internet.

Il ne s’agit pas, ici, de se prendre la tête (comme je l’entends, hélas, trop souvent), mais de se montrer un minimum curieux. Et quoi qu’on en dise, la curiosité n’est pas toujours un vilain défaut !

 

En conclusion

Edgar Allan Poe – Hantise est un album, à mon sens, très injustement critiqué et que je vous conseille vivement de découvrir. D’autant plus, qu’en l’espèce, la mise en abîme qui sert de postulat (plonger l’auteur dans son propre univers littéraire) fonctionne ici vraiment très bien.


Edgar Allan Poe – Hantise est édité chez Soleil - Histoire complète en un tome.

Scénario : Stéphane Louis / Dessins - Bastien Orenge & Thomas Verguet

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir