I

l y a des livres que l’on découvre par hasard. Ils possèdent quelque chose qui vous attire étrangement, même si, de prime abord, vous ne vous serez jamais penché sur eux. C’est exactement ce qui m’est arrivé avec Ballade pour Sophie.

 

320 pages de bonheur visuel

Comme dans toutes bandes dessinées, la première chose qui saute aux yeux, ce sont les dessins. Et là, ils sont juste merveilleux.

Chaque case est un véritable régal et on ne peut que féliciter Juan Cavia pour l’excellence de son travail sur… 320 pages !

On n’en vient à regretter que le livre n’en fasse pas le double, juste pour pouvoir prolonger le plaisir.

 

 

Une belle histoire

C’est, le second point fort — très fort — de cette BD. Filipe Melo signe un très beau scénario, fin, sensible, mêlant féerie, Histoire et show-business, le tout saupoudré d’une pincées souffre.

Le résultat est juste flamboyant et addictif : on ne lâche l’album que de force, pour aller manger, travailler ou dormir.

 

En conclusion

Vous l’aurez compris, Ballade pour Sophie est un véritable coup de cœur. Une découverte imprévue mais oh combien savoureuse.

Et même si il est facile d’anticiper la dernière révélation, la fin va bien au-delà d’elle et se conclut sur une poésie qui vous restera en tête pendant très, très longtemps.

Du grand art.

 

___________________________

Ballade pour Sophie , de Filipe Melo et Juan Cavia , 27€, édité par Paquet

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir